Hadopi et l'Internet sans fil

Même si vous n'êtes pas un adepte du téléchargement illégal sur Internet, vous devez vous préoccuper de la loi Hadopi et savoir quels sont les risques que vous pouvez encourir.En effet, les débats autour de l'Hadopi s'articulent en majeure partie sur la problématique de sécurisation des réseaux privés et publics.

Hadopi et la sécurisation des réseaux privés :

Le délit de négligence caractérisée est prévu par l'Hadopi et sanctionne les internautes n'ayant pas sécurisé leur accès Wi-Fi.Mais comment faire pour s'assurer que sa connexion Internet est bien sécurisée ? Les FAI fournissent-ils assez d'éléments à l'internaute pour que ce dernier puisse protéger son réseau des pirates ?

Il faut savoir que la majorité des internautes français dispose d'équipements « plug and play » qui ne nécessitent pas la création d'un mot de passe. Le cryptage de leur installation Wi-Fi est donc un paramètre qu'ils ne connaissent pas et ne sont pas aptes à réaliser simplement.Quand bien même ils y parviendraient, le cryptage d'un réseau Wi-Fi n'est pas une protection suffisante malgré ce que l'on pourrait croire. En effet les box fournies par les FAI proposent généralement seulement deux modes de cryptage qui se révèlent être facilement piratables. De nombreux outils sont disponibles sur la toile pour « cracker » des accès Wi-Fi, sans compter que les techniques d'utilisation de ces outils sont largement expliquées sur de nombreux sites et forums.
Enfin, certaines box, les anciens modèles par exemple, peuvent ne pas être du tout sécurisables.

En somme, pour 99% des internautes français, protéger comme il se doit un réseau Wi-Fi relève de l'impossible.

Hadopi et la sécurisation des réseaux publics :

Free a mis en place, en mai 2009, un des plus grands réseaux communautaires du monde : le réseau FreeWifi. Ce dernier permet aux abonnés Free de se connecter gratuitement sur les quelques trois millions de points d'accès sans fil disponibles en France.

Comment la Haute Autorité procède-t-elle alors pour identifier les « pirates » s'étant rendus coupable de téléchargements illégaux ? Seuls les abonnés Free, qui partagent leur accès ADSL, ont la possibilité d'utiliser FreeWifi avec des identifiants personnels propres. Free rend ainsi son service « Hadopi-compatible », le réseau utilisé étant distinct du réseau privé Wi-Fi des abonnés Free. FreeWifi est ainsi entièrement sécurisé et chaque Freenaute s'y connectant utilise une IP propre et non l'adresse IP de la Freebox sur laquelle il se connecte.Il a cependant été remarqué que de nombreux échanges entre les abonnés Free et SFR s'effectuaient afin de pouvoir accéder à un plus grand réseau ; en effet, SFR propose à ses abonnés une offre similaire à celle de Free. Ces échanges sont cependant illégaux et exposent les abonnés à des poursuites judiciaires. Pour ne pas être inquiété par la loi Hadopi, il est donc primordial de ne pas partager ces codes d'accès qui permettent de vous identifier clairement. Sans même avoir téléchargé de contenus, vous pouvez être repérés par l'Hadopi pour ne pas avoir sécurisé comme il se doit votre réseau.

Conclusion : peut-on lutter contre le piratage ?

Comme nous venons de vous le démontrer et comme l'ont fait remarquer à de nombreuses reprises les députés de l'opposition lors des débats sur le projet de loi Hadopi, il est de plus en plus aisé et courant de pirater un réseau pour y effectuer des téléchargements illégaux. La faiblesse des possibilités de sécurisation et le manque d'informations à ce sujet sont flagrants.

En conclusion, l'Internet sans fil pose de nombreux problèmes quant à l'identification des internautes en situation de délit de contrefaçon, c'est-à-dire de téléchargement illégal. Vous l'aurez compris, même si vous ne téléchargez pas des contenus illégalement sur Internet, il est important de vous tenir informé des moyens de sécurisation existants auprès de votre FAI. De plus, ne communiquez jamais vos identifiants donnant accès à des réseaux communautaires tels que ceux de Free, SFR ou encore Bouygues Telecom.

Comment contourner la loi HADOPI

Les pirates étendent de plus en plus leurs méthodes de téléchargements : les réseaux Peer-to-Peer (P2P) ne constituent plus leur seul mode de téléchargement.
De nouvelles méthodes pour contourner l'Hadopi se multiplient. L'émergence de réseaux communautaires privés de partage, associés à la pratique de plus en plus répandue du streaming (visionnage et écoute en ligne) représentent, entre autres, de nouvelles pratiques permettant l'accès gratuit à des œuvres protégées, en dehors du cadre de répression de la loi HADOPI.
Les possibilités de contournement de la loi Hadopi suscitent fortement l'intérêt des internautes. Plusieurs techniques existent et elles sont largement reprises à travers des sites spécialisés ou encore des forums.

Les VPN Anonymes

Derrière ce terme un peu technique se cache une solution : les réseaux privés virtuels. Le fonctionnement des VPN est simple : ces logiciels, une fois installés, créent un pont entre votre connexion Internet et un point d'accès situé à l'étranger. C'est à partir de ce point d'accès que vous surferez et téléchargerez. N'étant plus identifié avec une adresse IP française, vous contournez l'Hadopi et échappez à la juridiction française.

Les VPN Anonymes peuvent être gratuits ou payants. Les versions gratuites sont généralement bridées et ne vous offriront donc jamais le confort ni la rapidité de votre véritable connexion Internet. Cependant, certaines solutions ont tendance à ne plus supporter le P2P. Les VPN de par leur concept demeurent tout de même une solution intéressante pour contourner l'Hadopi et nombreuses sont les entreprises à y avoir recours.

Le streaming

Nombreux sont les sites proposant le visionnage d'œuvres copyrightés. La consommation illégale de films ou de séries via ces sites est en pleine expansion car ils permettent de contourner l'Hadopi de manière relativement facile. Ces sites, payants ou gratuits, ne reversent absolument aucune part de leurs revenus aux ayants droit.

Les sites de streaming sont clairement illégaux mais que risquez-vous réellement ?
Il faut savoir qu'il existe deux types de sites de streaming : ceux qui violent les droits d'auteur en ne proposant que des fichiers piratés et ceux qui sont alimentés par les internautes qui partagent des fichiers légaux et illégaux. Dans les deux cas, vous ne craignez rien. Les fraudeurs ne sont pas ceux qui visionnent ces contenus illégaux mais ceux qui les diffusent.

Même si le streaming occasionne le stockage de données provisoires sur votre ordinateur, le processus est automatisé et ne peut par conséquent pas vous être reproché. En y ayant recours, vous ne téléchargez et ne copiez aucun contenu ; par conséquent aucune charge ne peut être retenue contre vous. Le streaming constitue par conséquent une solution de contournement de l'Hadopi simple et sans risques.

Le Direct Download

Le Direct Download est une pratique de plus en plus courante. Les sites de stockage en ligne tels que Megaupload et Rapidshare propos(ai)ent en effet une solution anti-hadopi qui remporte un franc succès sur la toile. Ce genre de sites vous propose de télécharger tous les contenus hébergés directement sur votre ordinateur. Si vous possédez un abonnement chez l'un de ces sites de stockage en ligne, vous pourrez bénéficier d'une vitesse de téléchargement optimisée et ne serez pas limités dans vos téléchargement, ce qui n'est pas le cas pour les versions gratuites.

Le Direct Download rencontre un tel succès que des moteurs de recherche spécialisés se sont développés dans le but d'aider les internautes à trouver facilement le fichier qu'ils cherchent sur différentes plateformes.

L'avantage du Direct Download est qu'à l'heure actuelle l'offre est incroyablement abondante : films, séries TV, documentaires...

L'inconvénient est qu'il faut parfois du temps avant de trouver le fichier que l'on cherche. Les versions sont nombreuses et diffèrent en fonction de la qualité de l'image, de la langue, du sous-titrage... Tout un jargon nouveau est lié au Direct Download mais grâce aux forums consacrés, la compréhension de l'offre proposée peut se faire relativement rapidement et facilement.

En somme, le Direct Download est l'une des solutions anti-hadopi les plus connues et les plus efficaces du moment. Le Direct Download permet en effet de contourner Hadopi sans risques, du moins pour l'instant. Avec le temps, il se peut que la Haute Autorité surveille de plus près ces sites de stockage en ligne qui constituent aujourd'hui la base de la solution la plus efficace pour contourner la loi Hadopi.

Le pari fait par le législateur d'un transfert des internautes vers l'offre légale n'est donc pas prêt d'être gagné. Les solutions alternatives au P2P et permettant un contournement de l'Hadopi s'avèrent être plus avantageuses que le Peer-to-Peer lui-même en termes de vitesse et de choix notamment.


Recommanderiez-vous cet article ?
Ajouter un commentaire


Commentaires

Toto Le 01/04/2018

Le fournisseur de VPN est responsable de l'usage que vous faîte du service. il résilie votre abonnement si vous faites des téléchargements illégaux car menace de poursuite. Un VPN gratuit ou payant n'est pas la solution pour télécharger.

Marc Le 24/03/2017

Hadopi est plus actif que jamais d'apres ce guide : https://www.vpnmag.fr/contourner-hadopi-avec-un-vpn/

Je trouve interessant l'usage du vpn comme il est mentionne !

Babette Le 31/10/2016

Hadopi va a avoir du plomb dans l'aile LIRE ; http://www.developpez.com/actu/105706/

Alaska Le 30/10/2016

L'usage de VPN est une solution viable qui permet de contourner les restrictions Hadopi. Pour les options VPN il y en a plusieurs serveurs, tout est question de votre choix. Voir https://www.contournerhadopi.com/comparatif/vpn/