Réseau ADSL et NRA

La technologie ADSL a été mise en place grâce à la paire de cuivre utilisée pour le téléphone. Ce fil de cuivre relie les installations de France Télécom jusqu'au domicile des abonnés et transporte à présent aussi bien les signaux de voix, soit le téléphone, que les signaux numériques IP des connexions internet.

Dans ce cadre, les lignes des différents abonnés sont reliées à une armoire de rue puis à un sous-répartiteur qui regroupe les lignes de différents quartiers et enfin à un répartiteur France Télécom, le NRA, où sont connectées toutes les paires de cuivre d'une zone donnée.

Pour proposer une connexion à haut débit, les FAI doivent installer leur matériel dans les centraux téléphoniques de l'opérateur historique France Télécom, autrement dit, dans les NRA. Ces nœuds de raccordement sont installés sur tout le territoire français et on en trouve plusieurs par ville. C'est dans le NRA qu'aboutissent les lignes téléphoniques des abonnés, raison pour laquelle les fournisseurs d'accès à internet y installent leur équipement de liaison.

Les différentes parties du NRA

Le NRA est composé de deux parties : la salle consacrée au répartiteur et la salle de dégroupage.

La salle consacrée au répartiteur

Le répartiteur est la propriété de France Télécom. C'est un équipement technique faisant partie du NRA. Il permet de trier les lignes des abonnés pour les envoyer ensuite vers les DSLAM (Digital Subscriber Line Multiplexer) des FAI. 

La salle de dégroupage

La salle de dégroupage est une salle sécurisée dont l'accès est réglementé et dans laquelle on trouve principalement des armoires électriques, des batteries, des câbles et ce qu'on appelle des « jarretières », soit des éléments qui permettent de relier les lignes téléphoniques des abonnés aux DSLAM des différents opérateurs.

En effet, c'est au cœur même de la salle de dégroupage que l'on trouve tous les DSLAM des fournisseurs d'accès à internet et c'est donc dans cette partie que les techniciens raccordent les lignes des abonnés à tel ou tel opérateur.

Un DSLAM (Digital Subscriber Line Access Multiplexer) est associé à un équipement qui permet de faire la liaison entre les lignes des abonnés et le réseau de l'opérateur auquel il appartient. Un DSLAM peut appartenir à France Télécom mais peut également être la propriété d'un opérateur alternatif comme Free, Bouygues ou SFR s'il y a dégroupage.

S'il représente la toute dernière étape pour la paire de cuivre, le DSLAM est également le premier équipement à être géré par un autre fournisseur que France Télécom (toujours en cas de dégroupage).

Qu'est-ce qu'un NRA-MeD?

Le principe

Bénéficier d'une connexion internet en haut débit est un avantage auquel tous les abonnés n'ont pas forcément droit. En cause : leur localisation géographique et ces fameuses « zones blanches » où le réseau ADSL est faible, voire inexistant car trop éloigné du NRA principal.

Pour pallier l'hétérogénéité des offres ADSL sur le territoire français, les NRA-MeD, auparavant appelés NRA-ZO, ont été développés dans les zones rurales qui subissent un affaiblissement de débit de l'ordre de 78dB. Concrètement, un DSLAM est installé à proximité d'un sous-répartiteur ou SRA. Il y a donc une moins grande déperdition du signal ADSL ce qui permet une meilleure connexion pour les clients.

Les avantages

Un NRA-MeD, soit un Nœud de Raccordement d'Abonnés en Zone d'Ombre, permet de créer un nouveau NRA destiné à couvrir une zone d'ombre de manière totale ou partielle. Grâce à un NRA-MeD, il est donc possible de raccourcir la longueur des lignes.

Grâce à cette mesure, les abonnés situés à plusieurs kilomètres du central téléphonique ne subissent plus d'affaiblissement du débit et peuvent profiter de l'ADSL dans les mêmes conditions qu'un abonné situé en début de ligne.