1. Guides et Actus
  2. Les enchères sur la 5G prévues pour le 29 septembre

Les enchères sur la 5G auront lieu le 29 septembre

Mise à jour le 14 septembre 2020 par Margaux Couturier

Tandis que le PDG d’Orange déplore le retard du déploiement de la 5G en France comparé aux autres pays, le chantier de la 5G en France va être relancé dès le 29 septembre à l’occasion du lancement des enchères.

enchere 5G deploiement france
© jonahpettrich

C’est un pas de plus qui va être franchi ! Le 29 septembre prochain, l’enchère sur les fréquences 5G en France va être lancée. C’est Sébastien Soriano, président de l’Arcep (Autorité de Régulation des Communications Électroniques et des Postes) qui a précisé la date au micro de France Info le 7 septembre dernier. 

Bande de fréquences 3,5 GHz

Cette enchère constitue la seconde étape pour l’attribution des fréquences liées à la 5G, qui va remplacer la 4G. A cette occasion, les quatre opérateurs Orange, SFR, Free Mobile et Bouygues Telecom, achèteront les fréquences sur lesquelles sera déployé leur réseau 5G. Repoussée par la crise du COVID, cette enchère devait initialement se tenir en avril 2020.

Aujourd’hui, les quatre opérateurs détiennent chacun un premier bloc de fréquences de 50 MHz. Pendant cette enchère, ils pourront acquérir six autres blocs maximum de 10 MHz, pour un total de 110 MHz. La limite a été fixée afin d’empêcher le plus “riche” opérateur à tout rafler et préserver un statut d’équité entre chaque opérateur.

Ces blocs se situent dans la bande 3,5 GHz, là où va démarrer la 5G en France. Dans quelques années, d’autres bandes seront mobilisées : 26 GHz, 700 MHz, etc. La mise à prix minimale pour chaque bloc de 10 MHz est de 70 millions d’euros.  

Un déploiement national prévu pour 2021

Après cette enchère fin septembre, deux autres étapes sont prévues : en octobre, une autre enchère aura lieu. Elle consistera à placer les lauréats sur la bande 3,5 GHz ; entre octobre et novembre, les autorisations pour utiliser les réseaux commerciaux en 5G seront publiées. A partir de ce moment, les opérateurs pourront lancer la construction de leur réseau 5G.

Une nouvelle encourageante, notamment pour Stéphane Richard, président d’Orange, qui s’est exprimé auprès de l’AFP, déplorant le fait que “la France (ait) pris un peu de retard” sur la 5G en comparaison à ses voisins européens, même s’il considère qu’une commercialisation est “faisable” à la fin de l’année 2020. 

En réalité, la crise du coronavirus a sensiblement décalé le planning fixé par l’Arcep sur la 5G : le déploiement des premiers réseaux 5G en France devrait plutôt avoir lieu à partir de 2021 selon l’Arcep. 


Pour en savoir plus

Dans l'actualité