Le géant américain de SVOD, Netflix, représente désormais près d’un quart du trafic total Internet en France. Un chiffre, établi par l’Arcep dans son bilan annuel de santé d’Internet en France, et qui ne cesse de progresser année après année. Explications.

Trafic total d'Internet : Netflix devant Google

14%, c’est la part du trafic total Internet en France occupé par Netflix en 2017 contre 9% en 2016. Le géant américain se développe à vitesse grand V dans l’Hexagone et se place ainsi en seconde position du classement annuel national, juste derrière Google, qui lui occupe près de 18% du trafic total Internet en 2017.

Ces chiffres proviennent du rapport établi pour la deuxième année consécutive par le gendarme des télécoms, l’Arcep (Autorité de régulation des communications électroniques et des postes), sur l’état d’Internet en France, rendu public le 5 juin 2018 et remis au Parlement. Ces données sont basées sur les déclarations des quatre opérateurs Bouygues Telecom, Orange, SFR et Free. 

Devinée en filigrane, la croissance de Netflix en France, mastodon de la SVOD, est désormais appuyée par des chiffres tangibles. Refusant de donner le nombre exact de ses abonnés dans l’Hexagone, mais également dans les autres pays du globe, on estime le nombre d'abonnés en France à 3,5 millions.

Trafic entrant d'Internet : une explosion en un an

Dans son rapport, l’Arcep confirme également « la concentration de plus en plus nette du trafic entre un petit nombre d’acteurs dont la position sur le marché des contenus se conforte ». Ainsi, quatre acteurs cumulent tous ensemble environ 50% du trafic. Il s’agit de Google (18%), Netflix (14%), Akamaï (10%) et Facebook (6%).

Leur point commun, et le facteur principal qui explique cet fort impact sur le trafic national ? La diffusion de vidéos via YouTube (Google) et Facebook, excepté pour Akamaï, qui lui, s’occupe de stocker et acheminer les contenus de plusieurs géants du web, de l’e-commerce (Airbnb) et du monde du jeu vidéo (Ubisoft) afin d’améliorer le temps de réponse perçu par les internautes. 

Enfin, l'Arcep met en avant dans son rapport l'explosion globale du trafic internet entrant en France vers les quatre principaux FAI, passant de 8,4 Terabit/s à la fin de l’année 2016 à 12,1 Terabit/s, un an plus tard, à la fin de l’année 2017. En un an, le trafic internet entrant a donc explosé de 44%, alors qu'un an auparavant, il n'avait connu une augmentation annuelle que de... 36%.

 


Recommanderiez-vous cet article ?
Ajouter un commentaire