1. Guides et Actus
  2. Fibre : le Sénat demande 322 millions d'€ pour les campagnes

THD : le Sénat réclame 322 millions d'€ pour les campagnes

Mise à jour le 22 janvier 2020 par Emeline Rioual

Le Sénat demande une rallonge budgétaire de 322 millions d’euros dans le cadre du Plan France Très Haut Débit.

déploiement  fibre THD
© nngvandenberg

Après un débat mouvementé à l’Assemblée Nationale entre la secrétaire d’Etat Agnès Pannier-Runacher et le sénateur Patrick Chaize, le Sénat souhaite dès 2020, ouvrir de nouvelles autorisations de paiement pour l’installation du THD en France. 

Le Sénat dénonce un budget insuffisant 

Pour les sénateurs, les 140 millions d’euros prévus par le Gouvernement ne suffisent plus.  Ce dernier s’est engagé à déployer le Très Haut Débit sur la totalité du territoire français d’ici 2025 via le Plan France THD. Mais pour les sénateurs, cette somme ne suffit plus si l’Etat souhaite tenir ses promesses. 

Du côté du Gouvernement, la secrétaire d’Etat, Agnès Pannier-Runacher conteste le Sénat en expliquant : « [...] nous n’avons pas besoin, dès 2020, des autorisations d’engagement, compte tenu des délais (…) et du montant d’autorisation d’engagement dont nous disposons. Nous sommes en réalité très larges ». Selon elle, le point de blocage sur le déploiement de la fibre optique n’est en aucun cas d’origine budgétaire mais viendrait plutôt de la  « capacité à recruter les personnes qui installent le très haut débit ». 

Mais ce face-à-face ne s’est pas arrêté là. Patrick Chaize, sénateur de l'Ain et président de l'Avicca (Association des villes et collectivités pour les communications électroniques et l’audiovisuel), conteste la secrétaire d’Etat en évoquant simplement le cas de la Bretagne où à lui seul, 200 millions d’euros sont nécessaires au déploiement de la fibre. 

Un montant soigneusement calculé pour les campagnes

Alors que les 140 millions d’euros prévus par le Gouvernement sont insuffisants selon les sénateurs, le montant attendu par ces derniers témoigne d’un réel besoin, en particulier dans les campagnes. En effet, les 322 millions d’euros nécessaires au bon déroulement du Plan France Très Haut Débit émanent d’un volume important de dossiers déjà ou bientôt présentés à l’Etat. 

Selon l’Avicca, cette rallonge budgétaire permettra à l’Etat de tenir ses promesses reportées de 2022 à 2025 : « Grâce à cette confiance dans l’accompagnement financier sur la durée de l’État, près des deux tiers des départements français auront une desserte FttH quasi intégrale de leur territoire. Mais dans certains départements, cette couverture sera parfois de 30% uniquement. Il s’agit donc d’accompagner ces territoires, dans un souci d’équité et d’égalité d’accès à l’internet des Français, vers le 100% FttH. » explique l’association.

Le déploiement du THD à la traîne en France 

Pour l’heure, 62,4% des logements français sont éligibles au Très Haut Débit (plus de 30 Mbit/s) selon notre état des lieux de la fibre optique au 2e trimestre 2019,  Le THD a ainsi vu sa courbe progresser de +18,7% depuis 2015, deux ans après le lancement du Plan France THD. 

Nos experts s’appuient sur les données fournies par l’Arcep (Autorité de Régulation des Communications Électroniques et des Postes). Ce dernier a notamment rappelé à l’ordre les opérateurs quant à l’identification des zones prioritaires et leur rapidité à déployer le Très Haut Débit dans ces zones rurales. 


Pour en savoir plus

Dans l'actualité