Si un nouvel accord, qui permet de voir plus rapidement les films en streaming après leur sortie en salles, vient d’être signé par le ministère de la Culture, le géant américain de la SVOD, Netflix, n’en profitera pas. Explications.

Après 10 années de rudes négocations, la filière du cinéma a enfin trouvé un nouvel accord au sujet de la « chronologie des médias », conclu au ministère de la Culture le 21 décembre 2018. Ce nouveau texte va permettre aux films sortis au cinéma d’être plus rapidement diffusés sur les plateformes de vidéos à la demande (VOD). L’objectif de cet accord est de « contribuer à la lutte contre le piratage en rendant plus rapidement disponibles les oeuvres », comme l'explique le communiqué officiel. 

De 36 mois à 17 mois

Concrètement, avec ce nouvel accord, les plateformes de streaming pourront diffuser les films à partir de 17 mois depuis leur date de sortie en salles (et même 15 mois si le film a fait moins de 100 000 entrées) - au lieu de 36 mois -, si et seulement si ces plateformes sont considérées comme « vertueuses » c’est-à-dire ayant pris des engagements d’investissement dans la production de cinéma européen.

Netflix, leader du marché, ne fait pas partie de ces plateformes « vertueuses ». Il devra ainsi continuer de patienter 36 mois (34 mois si le films a fait moins de 100 000 entrées) avant de pouvoir diffuser un film depuis son service de streaming. Par ce nouvel accord, les délais d’attente entre la sortie au cinéma d’un film et sa diffusion télévisée ainsi que sa sortie DVD ont également été réduits. Le nouvel accord sera obligatoire pour l’ensemble de la filière jusqu’à 2022.

 


Recommanderiez-vous cet article ?
Ajouter un commentaire