1. Guides et Actus
  2. Les opérateurs mobiles investissent 3 milliards d'euros pour supprimer les «zones blanches»

Téléphonie mobile : 3 milliards d’euros investis pour mettre fin aux «zones blanches»

Mise à jour le 04 mars 2019 par Margaux Couturier

D'ici 2020, les zones blanches en France n'existeront plus, promettent les quatre opérateurs qui viennent d'investir 3 milliards d'euros.

zones blanches france

L’accès au Haut débit pour plus de 1 million de Français

20 000 nouveaux pylônes construits, 10 000 communes et 30 000 km de lignes ferroviaires (dont le TER) couverts en 4G et plus de 1 million de Français ayant accès au Haut débit, voire au Très Haut débit mobile: c’est l’engagement signé entre les opérateurs Orange, Free, SFR et Bouygues Telecom et l’Arcep (Autorité des Régulations des Communications Electroniques et des Postes). Une réalité qui doit prendre forme d’ici 2020.

A terme, cet accord majeur signé le 12 janvier 2018 va enfin permettre de faire disparaitre les « zones blanches », ces territories privés d’Internet ou de réseaux mobiles de qualité, qui subsistent aujourd’hui en France. « Pour cela, il n'y a qu'une seule solution: renforcer les infrastructures de téléphonie, antennes, pylônes ou autres… » a indiqué le secrétaire d'Etat auprès du ministre de la Cohésion des territoires.

Un chantier financé à 100% par les opérateurs télécoms

D’un point de vue financier, « pas en centime d’argent budgétaire » ne sera versé, a précisé le secrétaire d’Etat. En effet, les opérateurs mobiles financeront à 100% la construction et la gestion des nouveaux réseaux. L’Etat et les collectivités locales, eux, ne débourseront rien. Julien Denormandie explique que le gouvernement a en effet renoncé à mettre aux enchères le renouvellement à venir des fréquences « en contrepartie d’une accélération massive du déploiement des (nouvelles) infrastructures (par les opérateurs privés)».

Ce grand chantier sera encadré par l’Arcep, le gendarme des télécoms, qui prévoit des sanctions financières lourdes auprès des opérateurs en cas de non-respect des délais ou des engagements. Selon le dernier baromètre du numérique 2017, moins de 60% du territoire et moins de 90% de la population disposent actuellement d’une très bonne couverture mobile 4G. Des progrès sont donc encore à réaliser !

 


Pour en savoir plus

Dans l'actualité