Alors que 52% des Français déclarent ne pas profiter assez des opportunités offertes par les nouvelles technologies, selon le baromètre du Numérique 2017, la soutenabilité du plan France Très Haut Débit semble être remise en cause depuis l’été 2017.

Des objectifs inchangés

Dans ce contexte, afin de palier à l’« exaspération » des Français, victimes de la fracture numérique, le Premier ministre, Edouard Philippe a présenté le nouveau plan du gouvernement en matière d’aménagement numérique du territoire, le 14 décembre 2017, à Cahors dans le Lot.

Le Premier ministre a ainsi souhaité rappeler que les objectifs fixés par le plan France Très Haut Débit restaient inchangés. C'est-à-dire que tous les Français devraient profiter du haut débit (8 Mbit/s) d’ici 2020 et du très haut débit (30 Mbit/s) d’ici 2022. Pourtant, ces objectifs sont encore loin d’être atteints puisque que 15% des Français n’ont toujours pas accès à l’Internet à haut débit, selon les chiffres du gouvernement.

Un déploiement fixe renforcé dans les zones les plus isolées

Dans son nouveau plan, le gouvernement entend prioriser les foyers les plus isolés géographiquement, dans lesquels la fibre est difficile à installer. Le gouvernement a affirmé avoir débloqué une enveloppe de 100 millions d’euros, qui permettra aux « ménages qui en auront besoin de recevoir une chèque numérique de 150 euros maximum ».

Ce chèque permettra à chaque foyer d’acheter une parabole, une antenne ou une box afin de profiter rapidement du haut débit fixe d’ici 2020, grâce à des technologies autres que la fibre optique. Entre 1,5 et 2 millions de foyers sont ainsi concernés en France. Le Premier ministre a par ailleurs indiqué qu’une plateforme officielle d’information sera déployée à la mi-2018.

Une pression générale accrue sur les opérateurs

Edouard Philippe a également rappelé l’importance de la mobilisation de « tous les acteurs », pour accélérer la cadence de la couverture fixe et mobile en France. Au nom de la cohésion de l’aménagement numérique des territoires, les efforts déployés par les opérateurs de téléphonie seront plus fortement scrutés par les pouvoirs publics.

Alors que dans les zones denses, les objectifs de la fibre à domicile (FttH) pour tous d’ici 2020 sont maintenus, il n’en est rien dans les zones moyennement denses. Le gouvernement a déclaré y constater des retards de déploiement. Orange et SFR en charge du déploiement n’ont connecté que 3,7 millions de foyers à la fibre sur plus de 13 millions à réaliser selon le gouvernement. 

Il en est de même pour la téléphonie mobile. A l’heure actuelle, moins de 60% du territoire et moins de 90% de la population disposent d’une très bonne couverture en 4G. « Nous avons engagé des discussions avec les opérateurs. J’espère que les concluront d’ici Noël, ce serait un beau cadeau » a affirmé Edouard Philippe. 

Des « sanctions » et des « contraintes » légales pourront donc être déployées auprès des opérateurs en cas de non réalisation des objectifs fixés, a déclaré le Premier ministre lors de son discours, le 14 décembre 2017.

 


Cet article vous a-t-il aidé ?
Ajouter un commentaire