Le SMS vient de fêter ses 25 ans. Moyen de communication le plus répandu dans le monde, il pourrait être très bientôt remplacé par un nouveau type de messages, le RCS (Rich Communications Services). Explications. 

150 millions, c’est le nombre de SMS qui ont été échangés chaque minute dans le monde entier en 2016. Une véritable révolution qui a touché la planète il y a un quart de siècle. En effet, le SMS vient de fêter ses 25 ans d’existence.

Créé en Angleterre en 1992

La légende raconte que dans la nuit du 2 au 3 décembre 1992, un certain Neil Papworth, qui travaille alors pour l'entreprise anglaise de télécoms Vodaphone, a souhaité envoyer ses voeux à l’un de ses collègues. Depuis son ordinateur, le jeune ingénieur anglais tente le coup. Il envoie « Merry Christmas! » sur le téléphone de son collègue qui le reçoit quelques minutes plus tard. C’est ainsi que serait né le premier SMS (Short Messaging Service) de l’histoire !

Pendant sept ans, le SMS n’intéresse aucune compagnie téléphonique. Ces dernières ne voient alors pas l’intérêt de proposer ce service à des clients qui, selon eux, préfèrent se parler en direct plutôt que de perdre du temps à écrire. Il faut attendre 1999 pour que le SMS rencontre le succès planétaire, tel qu'on le connaît aujourd'hui. A cette date, le SMS devient interopérable, c’est-à-dire qu’il peut circuler entre plusieurs opérateurs. Il n’est en effet plus cantonné à deux téléphones du même opérateur.

Face à la concurrence des messageries instantanées

C’est alors l’apogée du SMS. Les opérateurs le facturent à l’unité, avant de l’inclure progressivement dans les forfaits téléphoniques. Mais le conte ne dure pas. En 2006, Mark Zuckerberg lance Facebook. En 2009, WhatsApp est créé. Le SMS se retrouve alors directement concurrencé par les nouvelles applications de messagerie. Et les utilisateurs délaissent progressivement le traditionnel SMS pour échanger directement par le biais de ces nouvelles applications.

Selon l’Arcep (Autorité de Régulation des Communications Electroniques et des Postes), en France, l’usage du SMS a chuté de -8,6% en un an, au deuxième trimestre 2017. Du jamais vu dans son histoire ! Et selon le baromètre du numérique 2017, un Français sur dix utilise plus souvent les messageries instantanées que la téléphonie classique pour échanger au quotidien. C'est pourquoi, certains prédisent depuis plusieurs années la mort du SMS. Mais pas d’inquiétude…

Avec le RCS, Google prépare la succession du SMS 

Sa résurrection porterait le nom de RCS (Rich Communications Services). Soutenu par Google depuis 2008, le RCS regroupe en un seul service les SMS, les MMS et bien plus encore. Partage de textes, contenus audio, de vidéos, de documents ou de plannings : ce nouveau protocole est tellement puissant qu’il peut transmettre des données, sans aucune limite de taille. Les autres avantages du RCS, c’est qu’il permet de mener une discussion de groupes depuis son téléphone, de gérer les accusés de lecture et d’accéder à des statistiques complètes des messages envoyés.

Consommateurs, entreprises, services marketing et opérateurs : tous s’intéressent à ce nouveau type de service. Pour les opérateurs, les échanges de fichiers seront déduits du forfait data des abonnés alors que les SMS sont désormais offerts. Un véritable gain sur un produit dont la valeur monétaire n'a aujourd'hui plus grand intérêt.

Au début de l’année 2017, Google a intégré le RCS à son système d’exploitation mobile Android, afin de le proposer par défaut aux possesseurs de Sony, LG, Motorola et Nokia notamment. En France, Orange propose son équivalent sous la marque Joyn. Cependant, il va falloir encore être un peu patients avant que le RCS se répande partout dans le monde puisque son usage nécessite de disposer d'un modèle de téléphone compatible mais aussi obligatoirement de la 4G. Ce qui est encore loin d'être le cas partout dans le monde.