81% des Français possèdent aujourd’hui un smartphone, devenu un fidèle compagnon au quotidien. C’est ce qu’indique le baromètre du numérique 2017. Un rapport annuel qui met également en lumière la fracture numérique qui touche encore la France. 

Le 27 novembre dernier, le secrétaire d’Etat au numérique, Mounir Mahjoubi, présentait au public le Baromètre du numérique 2017. Commandé par l’Arcep (Autorité de Régulation des Communications Electroniques et des Postes), l’Agence du Numérique et le CGE (Conseil général de l’économie), ce rapport complet a été réalisé par le Credoc (Centre de Recherches pour l’Etude et l’Observation des Conditions de vie) en se basant sur un sondage auprès de 2 200 personnes âgées de 12 ans et plus. Cette étude annuelle analyse l’usage que font les Français des outils numériques.

Le smartphone en passe de détrôner l’ordinateur

Désormais, le smartphone est partout. 81% des Français en possèdent un, contre 65% en 2016 et moins d’un quart en 2011. Une croissance continue qui talonne de près l’ordinateur, détenu par 80% des Français en 2017. Un outil précieux qui est utilisé au quotidien. 68% des Français utilisent tous les jours leur smartphone. A titre comparatif, le téléphone fixe n’est plus utilisé que par 27% des Français au quotidien, l’ordinateur par 38% d’entre eux et les tablettes, par seulement 7%. 

Communiquer, surfer sur Internet, s’informer : le smartphone a de multiples usages. Plus de la moitié des Français communique aujourd’hui avec leurs proches via les messageries instantanées. Parmi eux, 43% envoient des messages et 31% se servent de ces applications pour appeler leurs proches. De la même façon, alors qu’en Europe l’administration en ligne touche en moyenne 48% des personnes, les Français sont 67% (+5 points en un an) à y avoir recours, ce qui place la France à la 8e place européenne derrière l’Estonie et le Danemark (88%), mais devant l’Allemagne (55%) et la Grande-Bretagne (53%).

Une utilisation prudente d’Internet

Si 76% des Français se rendent tous les jours Internet, les Français affichent cependant une véritable défiance vis-à-vis des réseaux numériques. Pour preuve, aujourd’hui, 59% des Français sont abonnés aux réseaux sociaux et même les seniors s’y mettent (35% chez les 60-69 ans et 13% chez les plus de 70 ans). Mais pour autant, ils n’y vont pas sans prudence. 29% des interrogés disent faire « peu confiance » aux réseaux sociaux et 44% « pas du tout confiance ». Seuls 2% des Français témoignent d’une confiance absolue envers ces réseaux.

Il en est de même pour le e-commerce. Les Français sont devenus de véritables e-consommateurs. En 2017, 61% ont fait des achats en ligne, soit 6 points de plus qu’en 2015. Mais la défiance est la même. 45% des interrogés ne se sentent pas rassurés par la sécurité des paiements en ligne, 22% considèrent que ne pas pouvoir toucher et voir en direct les produits est un réel frein et 8% regrettent l’absence de vendeurs pour donner des renseignements. 

12% de la population exclus de la révolution numérique

En 2017, 88% des Français sont des internautes réguliers. A contrario, 12% d’entre eux, soit 7 millions de personnes, déclarent ne jamais utiliser Internet. « C’est comme si ces Français voyaient passer un train près de chez eux sans pouvoir le prendre », commente Mounir Mahjoubi, secrétaire d’Etat au numérique. Les raisons sont diverses : habitants de zones non desservies par Internet, manque de moyens financiers, absence de compétences techniques ou de formations. En effet, un tiers des Français, soit 18 millions de personnes, s’estiment encore aujourd’hui pas ou peu compétents pour utiliser un ordinateur.

Une situation inquiétante, d’autant plus selon une étude du Credoc réalisée en 2016, pour 65% de la population, l’accès à Internet est une condition importante pour se sentir intégré dans la société. Afin de palier à ce problème, Mounir Mahjoubi a déclaré que l’Etat prévoyait la mise en place d’un plan d’aide à la bonne réalisation des démarches administratives en ligne. Pour cela, le gouvernement entend s’appuyer, au niveau de chaque département, sur les Conseils départementaux, les services déconcentrés de l’Etat et les Caisses d’allocations familiales

Le secrétaire d’Etat au numérique a par ailleurs rappelé les objectifs fixés par le gouvernement : d’ici la fin du quinquennat, en 2022, rendre possible 100% des démarches administratives en ligne, couvrir l’ensemble du territoire en très haut débit fixe et mettre fin aux zones blanches 4G.