1. Guides et Actus
  2. Canal+ stoppe la diffusion des chaînes du groupe TF1

Canal+ arrête la diffusion des chaînes de TF1

Mise à jour le 04 mars 2018 par Margaux Couturier

TF1 réclame à Canal+ une rémunération pour la distribution de ses chaînes gratuites. Face à cela, Canal+ interrompt leur diffusion.

Nouvel épisode de la saga

C’est un nouvel épisode dans le conflit qui oppose le groupe TF1 à ses diffuseurs. Le jeudi 1er mars 2018, Canal+ a décidé de cesser de diffuser les chaines du groupe TF1 (TMC, TFX, TF1 Séries Films ou LCI) à ses abonnés via leur « box ». Le vendredi 2 mars 2018, Free menace de faire de même. Il diffuse actuellement les chaînes du groupe via sa « box » Internet.

La raison ? Un conflit au niveau des contrats de diffusion, qui arrivent à échéance pour chacun des diffuseurs. Alors qu’il y a quelques mois, Orange engageait un bras de fer contre TF1, le scénario se répète : ici encore, la première chaîne télé de France, privée, gratuite et diffusée sur le réseau hertzien, réclame à ses diffuseurs des droits de diffusion qui seraient « colossaux » selon ces derniers.

Rediffusion via les « box » Internet

En effet, Canal+, Orange, SFR, Bouygues et Free, tous proposent dans leur offres « box » payantes l’intégralité des chaînes de la TNT, de TF1 à Franceinfo, en plus de chaînes exclusives payantes. Elles passent avec chacune des chaînes concernées des accords de diffusion. Jusqu’à présent, TF1 acceptait que les diffuseurs retransmettent leurs signaux en échange de quelques millions d’euros.

Mais aujourd’hui, le groupe réclamerait une somme plus importante. Le temps qu’un accord soit trouvé entre Canal+ et TF1, c’est encore une fois les téléspectateurs qui pâtissent de la situation, en ne pouvant plus accéder aux contenus audiovisuels du groupe. Cette volonté de TF1 de renégocier ces contrats de diffusion peut notamment s’expliquer par la perte importante de sa part d’audience qui est passée de 50% au début des années 2000 à 20% aujourd’hui, et une recherche active de nouveaux financements.

 


Pour en savoir plus

Dans l'actualité