France Télévision vient de signer un accord historique avec les producteurs français de séries et de documentaires afin de contrer le géant américain, Netflix. Focus.

Fin 2018, la troisième saison de la série à succès, Dix pour cent, était disponible sur Netflix, la plateforme américaine de SVOD (Service de Vidéo à la Demande par Abonnement) quelques semaines seulement après sa diffusion sur France 2, pour le plus grand bonheur des abonnés mais au grand dam de France Télévisions. Pour que ce « fiasco Dix pour cent », comme le qualifie Delphine Ernotte, présidente de France Télévisions, ne se reproduise plus, et que les contenus financés par le groupe public restent le plus longtemps possible au sein de ce dernier, France Télévisions a signé un accord historique avec les producteurs français. 

Plus de droits d’exclusivité et plus de replay

Concrètement, grâce à cet accord, sur la télévision, le public pourra profiter des contenus produits par France Télévisions en replay sur une période de 6 à 9 mois - contre 7 jours maximum avant la signature de cet accord. Les contenus concernés sont les séries et les documentaires financés à plus de 55% par France Télévisions.

Côté SVOD, France Télévisions disposera désormais des droits exclusifs des contenus qu’il a financé à hauteur de 55% minimum pendant 1 à 2 ans. Cet accord devrait ainsi permettre d’éviter tout nouvel incident de type « Dix pour cent ». A noter : seuls les contenus produits à compter du 1er janvier 2019 sont concernés.

Lancement de la plateforme Salto 

Grâce à cet accord, les producteurs français y trouvent également leur compte, en ayant reçu plusieurs contreparties et engagements de financement de la part de France Télévisions. Plus qu’un rallongement des droits d’exclusivité, c’est la sortie de sa plateforme de SVOD que France Télévisions prépare également par cet accord.

En effet, Salto, la plateforme qui doit regrouper les contenus de France Télévisions, M6 et TF1, est sensée être lancée cette année. Les détails concernant cette offre ne sont pas connus, ni la date de lancement de ce projet. Affaire à suivre, donc.

 


Recommanderiez-vous cet article ?
Ajouter un commentaire