1. Guides et Actus
  2. L’Arcep n'est plus hostile à un retour à trois opérateurs

L’Arcep n’est plus contre un retour à trois opérateurs

Mise à jour le 19 février 2019 par Margaux Couturier

Contre la possible fusion de deux opérateurs français, l'Arcep semble être revenu sur son choix d'un retour à trois opérateurs.

Imaginez qu’il n’existe plus quatre principaux opérateurs télécoms, que sont Orange, SFR, Bouygues Telecom et Free (Iliad) en France, mais seulement trois? Ce scénario, jusque là totalement rejeté par l’Arcep, semble de plus en plus plausible.

« Ce message de fermeture totale ne peut plus être pertinent »  

« Sur la consolidation, l’Arcep a refermé cette porte en avril 2016, car les discussions détournaient les opérateurs de leurs missions d’investissement. Pendant deux ans, je leur ai donc envoyé des signaux négatifs » a commencé par expliquer Sébastien Soriano, le président de l’Arcep, lundi 21 mai 2018, dans une interview accordée au quotidien, Le Monde.

« Les circonstances ont évolué et la porte de l’Arcep se rouvre ou du moins s’entrouve » a développé le président de l’autorité, faisant référence aux 9,6 milliards d’euros investis par les quatre opérateurs cette année dans le déploiement des réseaux fixes et mobiles en France, un véritable record ! Et une excellente nouvelle pour l’Arcep, qui en avait fait la demande aux opérateurs.

« Compte tenu du fait que les opérateurs ont répondu présents à notre appel, ce message de fermeture totale ne peut plus être pertinent. (…) Encore faudrait-il que (les opérateurs concernés) aient un projet créateur de valeur pour le pays, et pas simplement pour les actionnaires » a néanmoins précisé Sébastien Soriano. 

Des rumeurs persistantes concernant SFR et Bouygues  

Car ce qui inquiète surtout l’Arcep, c’est que les objectifs fixés par le gouvernement dans le déploiement de la 4G en France soient respectés. « L'accélération des investissements dans la fibre est encore nécessaire » pour que les opérateurs atteignent les objectifs fixés pour 2020 dans le cadre du Plan France Très Haut débit.

Quels opérateurs pourraient éventuellement fusionner? Depuis plusieurs mois, les rumeurs d’un possible rachat de SFR par Bouygues Telecom sont persistantes. Du côté d’Orange, l’opérateur qui domine le marché « ne sera pas en première ligne dans quelque schéma de consolidation que ce soit » a précisé Stéphane Richard, le PDG, en février 2018.

Quoiqu’il en soit, à la suite de cette déclaration officielle du président de l'Arcep, cette nouvelle a réchauffé les titres de Free (Iliad), Orange et Bouygues Telecom à la Bourse de Paris: +7,28% pour Iliad, +4,54% pour Orange et +3,92% pour Bouygues Telecom ce même lundi 21 mai 2018, au soir. 

 


Pour en savoir plus

Dans l'actualité