Alors qu’aux Etats-Unis et en Asie, les spécialistes du secteur s’y affairent depuis des années, la 5G va être testée pour la première fois en France cette année. Explications.

C’est une grande première en France: l’Arcep (Autorité de Régulation des Communications Electroniques et des Postes) va délivrer des autorisations temporaires d’utilisation de fréquences des bandes adéquates pour tester la 5G dans neuf villes françaises en 2018. Les nominés sont Lyon, Bordeaux, Lille, Douai, Montpellier, Nantes, Le Havre, Saint-Etienne et Grenoble.

Exploitation possible par les acteurs d’infrastructures industrielles

L’Arcep a en effet lancé un appel le 17 janvier 2018 par le biais d’un communiqué officiel « à tous les acteurs: les opérateurs mobiles, mais aussi les acteurs d’infrastructures d’énergie, routière, portuaire, ferroviaire et les industriels » qui souhaitent participer à cette grande phase de test de la 5G prévue en France.

Les neuf villes retenues sont celles dans lesquelles des fréquences de 3,5 gigahertz - nécessaires à la 5G - sont disponibles. Pour chacune d’entre elles, le test durera entre 18 à 24 mois. « Avec la 5G, des acteurs d’infrastructures industrielles pourraient opérer eux-mêmes leurs réseaux. Comme le font la RATP et Air France dans la radio professionnelle. On leur donne des fréquences, ils installent leurs émetteurs et gèrent leurs propres réseaux » a expliqué Sébastien Soriano, le président de l’Arcep.

Un pas vers les objets connectés, la ville intelligente, les voitures autonomes…

La 5G, qui va succéder à la 4G, offrira à ses utilisateurs un temps de réponse 10 à 1 000 fois plus rapide que la technologie précédente. Surtout, elle va permettre de développer de manière plus rapide et plus performante les voitures autonomes, les objets connectés, les villes intelligentes ou encore la médecine à distance. 

« Nous voulons que la France soit une terre pionnière pour tester le modèle économique. Il y a derrière des enjeux importants de compétitivité », a commenté le président de l’Arcep. Ce premier test grandeur nature va permettre de tirer un bilan global des modalités de déploiement de la 5G, ainsi que de sa commercialisation.

Pour ce qui est de la mise à disposition pour tous, il faudra encore être un peu patients. La 5G est toujours en phase de normalisation. Sa mise en service en France ne sera pas disponible « avant cinq ans », soit 2020, a précisé Sébastien Soriano.