1. Guides et Actus
  2. New Deal Mobile : les fréquences rééquilibrées entre les opérateurs

New Deal Mobile : l’Arcep rééquilibre les fréquences entre les opérateurs

Mise à jour le 19 février 2019 par Margaux Couturier

L'Arcep a dévoilé la répartition des fréquences 900, 1800 et 2100 MHz entre les opérateurs, dans le cadre du New Deal Mobile.

Fréquences 900, 1800 et 2100 MHz

Le 26 octobre 2018, l’Arcep (Autorité de Régulation des Communications Electroniques et des Postes) a dévoilé le bilan de sa dernière procédure de réattribution des bandes 900, 1800 et 2100 MHz entre les quatre opérateurs, Orange, SFR, Free Mobile et Bouygues Telecom. Cette redistribution intervient dans le cadre du renouvellement des autorisations de l’utilisation de ces fréquences, qui arrivaient à échéance en 2021, 2022 ou 2024 selon le cas.

Résultat: les fréquences ont été beaucoup plus équilibrées par l’Arcep entre chacun des opérateurs, et ce, pour le plus grand bonheur de Free Mobile, grand gagnant de ce changement. Dans le détail, sur les fréquences 900 MHz, l’Arcep va rééquilibrer avec 8,7 MHz par opérateur dès la fin 2024, avec une phase intermédiaire dès le printemps 2021 durant laquelle Orange et SFR vont réduire leur bande (10 MHz actuellement) au profit de Free.

Rebooster le déploiement du réseau 4G

Sur les fréquences 1200 MHz, l’Arcep va rééquilibrer avec 14,8 MHz par opérateur dès l’été 2021 avec le transfert des bandes de Orange et SFR (19,8 MHz actuellement) vers Free. Sur la bande 1800 MHz en revanche, Free n’était pas candidat. La situation ne change donc pas. Free conserve un spectre de 15 MHz duplex, contre 20 MHz duplex pour chacun de ses concurrents. Rappelons que plus un opérateur a un bande « large », plus il est en mesure d’offrir de très bons débits.

Cette réattribution des fréquences intervient également dans le cadre du New Deal Mobile, passé au début de l’année 2018. Ce dernier permet aux pouvoirs public de remobiliser les opérateurs sur l’aménagement du territoire. En effet, le New Deal Mobile consiste à renoncer au traditionnel processus d’enchères, afin que les opérateurs concentrent leurs économises au déploiement total du réseau 4G en France, attendu officiellement pour 2020.

 


Pour en savoir plus

Dans l'actualité