Performances du réseau fibre

Jusque-là majoritaire sur le territoire français, la technologie ADSL devrait peu à peu s'effacer au profit de la technologie plus prometteuse qu'est la fibre optique. Ainsi, délaissant progressivement le réseau de cuivre, alors déployé par l'opérateur historique, les opérateurs ont lancé le déploiement horizontal et vertical du réseau fibre.

A la clef d'un tel développement, des avantages incontestables pour les abonnés !

Des débits exceptionnels

Si les avantages techniques de la fibre optique sont nombreux, la question du débit reste la priorité des opérateurs et de leurs abonnés.

Le débit d'une connexion correspond à la vitesse de transfert d'un fichier entre un serveur et l'équipement terminal. On le mesure généralement en sens montant (c'est-à-dire de l'équipement vers le serveur) et en sens descendant (du serveur vers l'équipement). C'est le débit descendant qui est le plus souvent communiqué aux internautes dans les campagnes de publicité car un bon débit descendant assure le téléchargement rapide des fichiers et des données mais influence également la vitesse de navigation.

On considère qu'avec l'ADSL, un utilisateur métropolitain bénéficie d'un débit de l'ordre de 8 Mb/s. La technologie la plus avancée jusqu'alors, l'ADS2+, proposait quant à elle des débits de 20 Mbit/s maximum.  Avec la fibre, le débit minimum promis est de l'ordre de 100 Mb/s minimum, de quoi changer les habitudes de navigation des abonnés !

Grâce à ses infrastructures ultra performantes, la fibre optique permet de profiter d'une navigation beaucoup plus rapide et ce, même sur de longues distances. La fibre est en effet très résistante aux perturbations électromagnétiques. Ainsi, il n'est pas indispensable d'être proche du central téléphonique pour profiter d'une vitesse de navigation acceptable et de qualité constante.

L'arrivée de la fibre optique signe également la fin des débits asymétriques, autrefois associés à la technologie ADSL. En effet, la fibre optique a également la particularité de proposer des débits dits « symétriques ». Dans ce cadre, le flux des données remontant est aussi rapide que le flux des débits descendants, un atout qui permet, entre autres, de profiter pleinement des applications dites « en temps réel ».

Fibre optique et latence informatique

La latence informatique correspond au temps que met un ensemble de données à parcourir le réseau entre un serveur et un équipement terminal. Une latence trop élevée peut être due à une capacité de réseau insuffisante ou à contraintes technologiques variables comme la distance à parcourir.

Les conséquences de la latence sont bien connues par les amateurs de jeux vidéo en ligne ou par les fans de streaming ou d'applications en ligne (vidéophonie, téléchargements) et se matérialisent sous la forme de décalages souvent gênants. En clair : il existe alors un petit écart entre le moment où arrive un événement et le moment où il apparaît sur l'écran de l'internaute.

Avec la fibre optique, cet écart est très largement réduit.

Indicateurs d'usage : focus sur la navigation web et le streaming

Plus fiable, la connexion en fibre optique permet bien évidemment d'accéder à une pluralité d'offres multiservices et ce, dans des conditions beaucoup plus agréables qu'avec un réseau ADSL.

Grâce à la fibre, les abonnés peuvent profiter de téléchargements beaucoup plus rapides : les documents, les photos, les vidéos sont disponibles en quelques secondes contre quelques minutes via l'ADSL. La fibre permet aussi la généralisation de la télévision en HD et en 3D. Bien entendu, le débit d'une connexion en fibre optique encourage également les usages simultanés dans le même foyer sans qu'aucune perte de débit ne soit observée.

Dans son étude publiée en avril 2016, l'ARCEP s'est tout particulièrement concentrée sur deux usages internet particulièrement répandus afin de souligner les performances de la fibre FTTH par rapport aux autres technologies.

Navigation web

Les chiffres de l'ARCEP permettent de prendre connaissance du temps de chargement d'une page web tel qu'il pourrait être vécu par un internaute. Pas moins de 14 sites ont été retenus pour prendre ces mesures (Google, Facebook, Microsoft, Wikipédia, Le Bon Coin, Amazon, Pages Jaunes, Yahoo, Le Figaro, Cdiscount, L'internaute, Allo Ciné, Crédit Agricole, Météo France).

Les résultats de l'ARCEP (voir ci-dessous) mettent en évidence les performances de la fibre FTTH (100 Mbit/s et plus), le temps moyen de chargement d'une page web étant inférieur à 2 secondes. Du côté du réseau cuivre, en ligne longue, la moyenne est comprise entre 4 et 4,5 secondes. On remarque néanmoins que la technologie ADSL2/VDSL en ligne courte propose des performances relativement similaires au câble FTTLa (en 30 Mbits/s).

Streaming vidéo

La lecture de vidéos en streaming fait partie des usages les plus courants et nécessite la meilleure qualité en termes de débit. Une connexion internet de mauvaise qualité entraînera automatiquement des dégradations de l'image, du son et des décalages désagréables pour l'internaute.

L'ARCEP a réalisé son étude sur 4 plateformes (YouTube, Vimeo, Metacafé et Dailymotion) et a pris en compte différents facteurs comme la disponibilité, la fluidité, le nombre de ruptures (chargements) et leur durée ainsi que le temps de négociation (laps de temps avant le lancement de la vidéo).

On remarque alors que, si la fibre FTTH ne se distingue pas au niveau du nombre de ruptures et de leur durée, elle reste plus performante en termes de disponibilité et de temps de négociation. Les internautes bénéficient alors d'un accès immédiat aux contenus de leurs vidéos.


Recommanderiez-vous cet article ?
Ajouter un commentaire


Commentaires

Pied Le 05/04/2018

Peut on enregistrer sur notre télévision avec la fibre (comme anciennement avec notre magnéto ou notre ordinateur) ? J'ai aujourd'hui une box et j'enregistre mes films que je regarderai quelques jours plus tard.
MERCI