Dans le département du Bas-Rhin, les communes d’Albé et de Bernardvillé ont été équipées d’antennes 3G en mars 2018, réduisant le nombre de "zones blanches" subsistant en France.

Mercredi 14 mars 2018, la Fédération Française des Télécoms a inauguré deux pylônes multi-opérateurs d’accès à l’Internet mobile à Bernardvillé et Albé. Depuis, les deux communes d’Alsace ne sont plus considérées comme des "zones blanches", ces territoires privés d’Internet ou de réseaux mobiles efficients, qui subsistent encore en France.

Plus de 400 "zones blanches" en France

Désormais, leurs habitants bénéficient d’une couverture 3G de qualité. Ils peuvent téléphoner, envoyer des SMS ou consulter des pages Internet depuis leur téléphone mobile. Des actions qui étaient impossibles il y a encore quelques semaines.

Si cette nouvelle est encourageante, l’Alsace compte encore une dizaine de "zones blanches". Parmi elles, les communes de Uhrwiller, Thanvillé, Murbach ou encore Bourbach-le-Haut. Et dans la France entière, selon les chiffres de l’Arcep, on compterait encore près de 451 territoires mal ou très peu pourvus en réseau mobile 3G ou 4G.

Une fin prévue d’ici à 2020

Pour mettre définitivement fin à cette situation, en janvier 2018, l’Etat a conclu un accord décisif avec les quatre opérateurs de téléphonie mobile (Orange, SFR, Free et Bouygues Télécom): ces derniers se sont engagés à investir plus de 3 milliards d’euros dans les chantiers.

Grâce à ces travaux, d’ici à 2020, plus de 10 000 communes devraient ainsi être équipées en 3G ou 4G selon le secrétaire d’Etat Julien Denormandie, supprimant définitivement les dernières "zones blanches" françaises.