Fibre Free : infrastructures réseau et investissements

Lancé au printemps 2013, le Plan France Très Haut débit avait une vocation principale : déployer la fibre optique et le très haut débit sur l'intégralité du territoire français d'ici l'année 2022 et ce, aussi bien pour les particuliers que pour les entreprises. Pour atteindre cet objectif, le plan s'est appuyé sur les différents FAI et notamment sur Free.

Pour déployer son réseau de fibre optique et remplir ces objectifs à moyen comme à long terme, l'opérateur a massivement investi dans ses infrastructures et a développé son propre réseau en FTTH, réseau qui lui permet à présent de proposer la fibre jusqu'à l'abonné.

L'opérateur se distingue de ses concurrents en ayant choisi de déployer la fibre en point-à-point, une technologie réputée pour son évolutivité alors que les opérateurs optent plutôt pour la technologie GPON, plus simple à déployer mais également moins onéreuse.

Un réseau en FTTH (Fiber To The Home)

 Chez Free, chaque abonné est raccordé en Fiber To The Home, autrement dit : leur connexion internet bénéficie de la fibre et ce, depuis le nœud de raccordement optique (NRO) jusqu'à l'intérieur même du logement. Chaque abonné a alors l'assurance de bénéficier du meilleur de la fibre avec un débit descendant pouvant aller jusqu'à 1Gbit/s.

Si l'opérateur a, un temps, privilégié le déploiement de son réseau VDSL2, moins coûteux en termes de travaux, les zones très denses répertoriées par l'ARCEP sont de plus en plus nombreuses à être éligibles au très haut débit de Free.

Dans ce cadre, l'opérateur s'engage à faire basculer tout abonnement Free ADSL vers la fibre Free dès que la zone de l'abonné devient éligible et ce, sans frais supplémentaires puisque l'offre fibre et l'offre ADSL sont proposées au même prix mensuel. 

Couverture Free : les enjeux pour l'avenir

Durant l'année 2015, Free a accéléré le rythme des raccordements en zone dite « très dense ».

A moyen terme, Free a le projet de développer son réseau en dehors de la Zone Très Dense. Dans ce cadre, il s'est associé à l'opérateur Orange afin de cofinancer une partie des agglomérations proposées par ce dernier. Ce cofinancement ne manque pas d'avantages pour Free : il permet en premier lieu de déployer un réseau unique et de mutualiser les répartiteurs optiques. Ainsi, l'opérateur aura la possibilité de desservir un nombre toujours plus important d'abonnés.

Dans ce cadre, Free n'utilisera plus la technologie du point-à-point mais optera pour le 10G-EPON.

D'ici 2020, Free s'est donc engagé à participer au déploiement de la fibre sur soixante agglomérations et 20 communes, ces dernières représentant près de 4,5 millions de logements.

Découvrez la carte des débits XDSL de Free


Cet article vous a-t-il aidé ?
Ajouter un commentaire